Comment aller au Mont Saint-Michel?

J’ai vraiment adoré passer une journée sur le Mont Saint-Michel et si j’ai décidé de vous en parler aujourd’hui, c’est parce que cela vaut le détour. Je pense que c’est une chose en France à faire/à voir, au moins une fois dans sa vie. Et pour cause, ce sont plus de trois millions de personnes (oui, j’ai bien dit millions) qui pensent comme moi et qui ont fait le choix de fouler le sol du Mont Saint-Michel, encore appelée Merveille de l’Occident. Vous l’avez compris, le nombre de visiteurs par an est tout de même incroyable! Alors, pourquoi venir au mont? Plusieurs raisons peuvent se bousculer dans votre tête. Cela peut être culturel, pour un but architectural, religieux, par curiosité, par grandiosité. Quoiqu’il en soit, vous avez franchi le cap et je ne peux que vous dire : Vous avez eu raison! Honnêtement, j’ai toujours voulu y aller, car c’est l’un des monuments historiques que l’on retrouve dans beaucoup de reportages sur la France et qui faut le dire, impressionne. Si vous me posez la question de savoir ce que je retiens de cette découverte, ma réponse est simple. Je garderai en mémoire deux choses: d’une part, cela sera la vue imprenable sur la baie qui évolue au gré des éléments (littéralement) et d’autre part, ça sera la grandeur de l’église, elle est réellement gigantesque. En somme, on en prend plein la vue sur le mont, c’est ce que vous devez retenir.

Mais avant de vous donner les raisons qui vous feront perdre la tête et partir sur-le-champ, il me semble donc important de préparer pour votre venue afin que celle-ci se passe sans encombre. S’il y a bien un point qui m’a chiffonné, c’est de ne pas avoir trouvé toutes les informations sur la destination avant de venir. C’est dans ce but que je vous adresse cet opus.

LAISSEZ-VOUS GUIDER AU MONT SAINT-MICHEL

Déjà, il est important, au préalable, de se situer. Nous sommes dans le département de la Manche en pleine Normandie. Eh oui, je casse le mythe ici, ce n’est pas une ville de la Bretagne comme on peut l’assimiler parfois. C’est vrai que nous sommes à la limite entre ces deux régions avec l’embouchure du fleuve Couesnon, mais tout de même, la précision est de rigueur. Le Mont Saint-Michel est une ville. Eh oui, ça aussi, je n’ai pas honte de vous l’avouer, je l’ai appris sur le terrain. Je pensais que le nom était réducteur au mont uniquement. Je me trompais sur toute la ligne. En réalité, il s’agit bien d’une ville avec sa propre mairie, son propre bureau de poste, son petit village, car il est habité par 30 personnes au quotidien.

Pour vous donner un ordre d’idée, ici, on se trouve à 2h30 de Nantes, 4h de Paris, 6h20 de Bordeaux, 9h30 de Montpellier. Si vous n’avez pas compris mon message subliminal, je suis en train de vous dire, qu’il vous faudra prendre un logement dans une ville avoisinante ou sur le mont en lui-même (car c’est possible), pour vous éviter des heures de trajet. Aussi, vous éviterez la cohue de touristes si vous ne débarquez pas à midi. Comme tout monument qui se respecte, il faut venir plus tôt ou très tard pour profiter du calme, des spots déserts pour des photos, et de la quiétude du lieu, mais je ne vous apprends rien ici! En ce qui concerne le logement, nous avons résidé au Brit Hotel Saint Malo le Transat, vu que nous étions de passage également sur la commune de Saint-Malo. L’hôtel se situe à 45 minutes en voiture. La nuitée est de 70 euros pour un couple, ce qui confère un bon rapport qualité-prix. Je ne parle même pas ici de sa proximité avec le centre-ville de Saint-Malo, si vous souhaitez faire une bonne visite. Mais je m’égare !

Vous avez tellement de moyens pour venir au mont, une fois votre location choisie. Ils n’ont clairement pas lésiné sur les moyens pour favoriser le tourisme en ces lieux. Voici les différentes façons d’accéder à la merveille :

Vous pouvez venir en voiture : Cela reste la solution numéro une. En effet, je suis venue en voiture de l’hôtel précité à l’abbaye. Néanmoins, il faut que vous sachiez que le mont en lui-même n’est pas accessible en voiture. Vous aurez l’obligation de vous garer dans un parking mis à disposition. Rassurez-vous, ils ont prévu le coup, les parkings sont vastes, numérotés de P2 à P13 et peuvent accueillir motos, camping cars, voitures, autocars. Des caisses automatiques sont disponibles et débouchent également sur le centre d’information touristique où vous pouvez récupérer le plan de la ville. Le parking est à payer à la journée donc prenez le temps, car quoiqu’il en soit, vous paierez le même prix que celui qui n’aura fait que deux heures sur place. En basse saison, le coût est de 9.80 euros et 14.90 euros en haute saison. Si vous venez à partir de 19h, le parking est plafonné à 5.10 euros quelque soit la saison. Une chose est sûre, ne perdez pas votre ticket, car vous vous souviendrez de celui-ci. Un ticket perdu, c’est 29.40 euros et 44.70 euros respectivement en basse et haute saison. Enfin, c’est bien tout cela, mais on n’est pas encore arrivé au mont ! À partir du parking, plusieurs possibilités s’offrent à vous, tout dépend de vos envies.

À pied : Vraiment, je vous le recommande. Bien évidemment, en partant du principe que vous n’ayez pas de problèmes physiques particuliers ou de handicaps. Vous pouvez effectivement prendre la décision d’arriver à pied. Du parking au mont, il y a environ 45 minutes de marche, soit trois kilomètres à peu près à arpenter. Amoureuse des randonnées, c’est bien sûr ce que j’ai choisi. Il existe en soit trois parcours qui vous permettent d’accéder au monument tout en profitant de la verdure. Il y a un parcours qui longe les berges du Couesnon. Là, vous cheminerez tout aux abords du fleuve et vous pourrez aussi contempler le mont depuis le barrage. Sinon, vous pouvez toujours arborer le parcours central. Vous traverserez d’ailleurs la rue menant aux hôtels du coin et aux restaurants. Pour ma part, j’ai choisi le dernier parcours, celui de la Lisière. Comme son nom l’indique, on profite de la lisière et du paysage qu’elle procure quand cette dernière entoure la merveille. Peu importe le chemin, vous arriverez au même point, le Pont-Passerelle qui vous mène au pied du mont.

À vélo : Il est évident que ces parcours faisables à pied sont également possibles à vélo. Par contre, n’oubliez pas que le mont est totalement en pente. Si vous envisagiez de monter et d’atteindre l’abbaye avec votre vélo, vous devriez le trimballer avec vous. Croyez-moi, le sport sera intense et surtout, il n’y aura pas assez de place pour vous et la flopée de touriste qui s’y trouvera, la Grande Rue étant étroite. On pourrait croire à un jeu de mots, mais je confirme que ce n’est pas du tout le cas. De plus, il est normalement interdit de garer son vélo au pied du mont. C’est d’ailleurs dans cette optique qu’ils ont mis en place un parking à vélo. Vous pouvez également le garer le long de la voie verte ou sur la place du Barrage. En résumé, pour moi, si vous choisissez le vélo, c’est pour visiter la baie et ses abords et non le mont. Néanmoins, année exceptionnelle vaut mesures exceptionnelles. Une dérogation a été mise en place à titre expérimental pour vous garer à l’entrée des Fanils jusqu’au 30 septembre 2021.

En navette « le Passeur » : Si vous n’avez pas envie de marcher 45 minutes, il existe des navettes gratuites (enfin, je pense que l’on contribue avec le coût du parking) disponibles de 8h30 à 1h du matin. Ils vous récupèrent au parking et vous déposent juste devant le joyau. De quoi, vous économiser et tout miser sur la colline, parce que là aussi, vous aurez besoin de votre énergie. Cela peut être une alternative. En effet, à l’allée, je me suis baladée à pied et au retour, j’ai pris la navette. À vous de voir !

En hippomobile : Oui, vous ne rêvez pas. Vous pouvez venir par le biais de nos amis les chevaux, néanmoins ce n’est pas gratuit. On appelle cela la « Maringote ». Tirés par des chevaux, vous traverserez la baie en 25 minutes à peu près. Vous pouvez surveiller les horaires directement au centre d’information.

Si vous souhaitez venir en train, l’astuce sera de réserver votre train de façon à arriver à Pontorson Le Mont. De là, une navette vous emmène au pied du mont en 20 minutes environ. Le tarif pour le trajet en navette sera alors de 3.10 euros. Il faudra cependant passer par la gare d’Avranches ce qui peut rallonger votre trajet.

Plusieurs bus sont également disponibles depuis Pontorson ou depuis la gare de Rennes.

CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR AVANT DE PARTIR

Maintenant que l’on sait comment y accéder, je vais remettre le doigts sur certains aspects qui peuvent compliquer votre venue. En effet, je me suis documenté avant de partir et je pense qu’il y a plusieurs faits qui sont omis par les guides. Pour préparer au mieux votre séjour, vous devez savoir ce qui peut éventuellement l’entraver, si vous venez en famille, avec des animaux etc…

La première chose que je peux vous conseiller est : Couvrez-vous ! À moins que votre venue soit prévue en pleine canicule quand l’été bat encore son plein, pensez à partir avec un gilet ou avec un k-way. Oui, car nous prenons de la hauteur et nous sommes au milieu des eaux, donc le vent de la Manche est bel et bien présent. Si vous êtes frileux tout comme moi, il va falloir considérer ce point avec une extrême vigilance. Aussi, nous sommes sur la côte, donc une possibilité plus accrue d’avoir des précipitations. Lors de ma venue, on a eu un temps mitigé, tantôt soleil tantôt déluge et quand je dis déluge, ce n’était pas deux petites gouttes de pluie. On parle des vraies choses ici! Pourtant, mon compagnon et moi, nous sommes partis fin Mai, ce qui normalement, laissait supposer de bonnes températures.

Si vous êtes une personne handicapée ou si un membre de votre famille l’est, pensez à la montée. Le Mont Saint-Michel est une expédition en pente sans compter le nombre d’escaliers. On recense 350 marches à peu près de la Grande Rue à l’Abbaye. Vous l’avez compris, même si des fauteuils sont mis à dispositions au Centre d’information touristique pour vous aidez à vous déplacer, votre ascension sera réellement mise à rude épreuve. Pareil, si vous aviez l’intention de venir avec une poussette, oubliez (dans la mesure du possible) ! Privilégiez le porte-bébé car même si vous pouvez accéder au mont sans problèmes, les marches d’escaliers vous feront regretter votre choix. Si vous venez avec votre animal de compagnie, sachez qu’ils ne sont pas acceptés dans les navettes sauf s’ils tiennent dans un sac ou panier. De plus, ils ne sont pas autorisés au sein de l’Abbaye. Vous avez la possibilité de les faire garder au centre touristique si vous le souhaitez, le temps de votre escapade.

Au risque de me répéter, venir au mont est une escapade quelque peu sportive : 350 marches et 80 mètres d’altitude, ce n’est pas rien. Je ne peux que vous recommander de venir bien chausser. Oubliez les sandales et prenez vos baskets, vos pieds vous remercieront. De l’eau aussi sera de rigueur pour ne pas vous déshydrater.

Vous voilà fin prêts à profiter de la merveille, Enjoy !

4 réflexions sur “Comment aller au Mont Saint-Michel?

  1. Je ne pensais pas qu’il y avait tant de marches ! Tes photos me donnent envie en tout cas, merci pour cet article très complet. 🙂

    1. Merci Christelle! Ah oui, c’est sportif le Mont Saint-Michel, mais il vaut clairement le détour. Mon nouvel article sur le mont en lui-même arrive très prochainement. Reste connectée 😉

  2. Très beau lieu de pèlerinage le Mont Saint Michel. Comme d’habitude, on a de très belle photo sur tes articles :). c’est une construction fantastique. Je te remercie pour le partage 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *