Succomber au charme du Mont Saint-Michel, cette Merveille de l’Occident

Imaginons pendant un moment que vous ne savez pas pourquoi il vous faut prendre la direction du Mont Saint-Michel. Ma mission sera donc de vous aider à trouver votre voie, n’est-ce pas? Si vous n’étiez pas convaincus jusqu’à l’heure, laissez-moi vous étayer mes arguments. La semaine dernière je vous expliquais comment venir au Mont Saint-Michel, il faut bien que cela serve !

Le but de cet article sera, bien évidemment, de vous retirer vos idées préconçues (il y en a toujours), et de vous donner toutes les raisons qui vous motiveront à venir en ces lieux. Et on commence immédiatement !

Voici cinq raisons, qui je sais, vous feront regretter de ne pas y être sans délai ! 

ALLER AU MONT SAINT-MICHEL

UN RETOUR DANS LE TEMPS, VOUS FEREZ

C’est sûr, vous le savez, on est sur un monument historique d’une notoriété importante qui n’est plus à faire. Il faut remonter dans le temps pour le comprendre. Si vous êtes des admirateurs d’histoire, vous serez comblés. Pour ma part, je trouve la création de ce monument assez poétique, mais il ne faut pas oublier l’aspect religieux qui prédomine entièrement. Au cœur du christianisme, ce rocher a entraîné l’empoignade de plusieurs peuples, et ce, pendant des années durant. Que dis-je? Pendant des siècles durant. Autrefois appelé, le Mont Tombe, le Mont Saint-Michel avait un aspect totalement autre. Il va falloir vous projeter des siècles en arrière pour imager sa construction au fil du temps. Au commencement en l’an 700, il n’y avait qu’un rocher de granite apparent. C’est en 708 que l’Archange Michel vient en songe à l’évêque Saint-Aubert. Celui-ci fit donc construire un oratoire en son nom. À partir de là, les pèlerins viennent de plus en plus se recueillir, et la nécessité d’une église devient donc une évidence. D’ailleurs, c’est en 966 que la première verra le jour. C’est aussi de la sorte que se développe la Grande Rue permettant d’accueillir plus de pèlerins. Petit à petit, la construction de l’Abbaye prend forme ainsi que la Merveille, cet édifice gothique, qui englobe l’église. Les guerres successives et notamment les plus marquantes, la guerre de Cent Ans et la Révolution Française, ont fait du mont ce qu’il est actuellement. D’abord transformé en prison par l’état, puis rétablie par la suite en église abbatiale, il aura été au cœur de plein d’événements historiques que vous pourrez retracer sur le mont. On a tout de même remarqué sa force touristique de tel sorte qu’en 1979, il sera inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO au même titre que sa baie. Si vous vous doutiez que vous seriez amenés à apprendre davantage sur l’histoire du mont en venant ici, vous ne pouviez imaginer à quel point vous serez littéralement submergé par son caractère omniprésent sur place. Sa ville entière est une empreinte du passé quasi-ubiquiste, et ce n’est pas pour déplaire.

Représentation de l’Archange Michel apparu au Saint-Aubert en songe

UNE VILLE INATTENDUE ET HORS DU COMMUN QUE VOUS FOULEREZ

Quand je parle de ville inattendue, c’est peu de le dire. On ne s’attend pas à ce décor une fois sur le mont, mais surtout, on ne pense pas forcément qu’il s’agit d’une commune avec sa mairie, son bureau de poste, une école, en somme, un village version miniature. Dès l’entrée principale, on se laisse guider tout le long de ce que l’on appelle communément la Grande Rue. Elle se déploie du pont-levis à l’Abbaye. Il faut compter en moyenne 30 minutes pour arriver jusqu’à l’édifice. Ornée de maisons à colombages colorées caractéristique de la Normandie, de boutiques les plus emblématiques avec tous les souvenirs possibles et inimaginables, de restaurants dont la renommée n’est plus à démontrer, vous aurez de quoi faire avant d’arriver à l’Abbaye. La rue est étroite mais pleine de surprises. Vous pouvez aussi faire un détour dans le musée historique ou le musée maritime présent sur place. Vous arriverez également à l’église paroissiale Saint-Pierre qui fait partie intégrante du centre de pèlerinage. Soyez curieux ! Une fois, la Grande Rue entièrement vue jusqu’à la Maison du Pèlerin et le Parvis de la Croix de Jérusalem, amusez-vous en attendant l’heure de votre visite pour l’Abbaye. Changez de chemin pour visiter les facettes du mont, prenez les escaliers, car ce n’est pas ce qui manque. Vous verrez peut-être la petite rue si minuscule appelée la Ruelle des Cocus ou encore la Venelle du Guet. Son entrée se trouve en face de l’Hôtel la Croix-Blanche. Mieux encore, si vous prenez les escaliers près de la Mairie, vous découvrez les remparts, et là, la visite prendra une autre dimension. Je reviendrai là-dessus. Il vous reste encore tant à voir, la Tour Gabriel sur l’autre versant, la Chapelle Saint-Aubert et vous pourrez également pique-niquer dans les jardins. Mon conseil est simple : arpentez, monter, descendez, votre visite n’en sera que meilleure.

Dès l’entrée, on atteint directement la Grande Rue

avec ses magasins…

L’entrée de l’église Saint-Pierre

La ruelle des cocus

GRANDEUR ET ADMIRATION, DEUX MOTS QUI VOUS SERONT FAMILIERS

L’abbaye est pour moi un chef d’œuvre architectural. Tout est bien pensé pour profiter de la grandeur du lieu. Oui, il vous faudra monter pas mal d’escaliers, mais croyez-moi cela vaut le détour. Elle est sans conteste l’une des choses que j’ai vraiment adoré voir et découvrir. Pour la visiter, il faudra réserver votre place. Si vous n’avez pas pris votre ticket en ligne, vous pouvez toujours le prendre au centre d’information non loin du parking menant au Mont ou à l’office de tourisme à côté du bureau de poste qui se trouve à l’entrée du monument. Vous choisirez le créneau qui vous convient. Vous pouvez faire une visite guidée, ou auto guidée. Le ticket est de 11 euros et la visite est gratuite pour les moins de 18 ans, mais retournons à nos moutons : L’abbaye et la Merveille ! Accrochez-vous, car tout est bien plus grand que ce que vous avez pu imaginer. L’abbaye est établie sur trois niveaux. Cela peut être vraiment vertigineux, mais rassurez-vous, cela sera au plaisir des yeux. Vous serez subjugué du Grand Degré (escalier de 100 marches, et oui, du sport, vous ferez) jusqu’à la Terrasse de l’Ouest et le Saut-Gaultier. La découverte de l’église abbatiale n’est pas à déplorer. Vous découvrirez son cœur où l’art gothique et carolingien est bien présent au même titre que les prémisses de la vie religieuse. Sœurs, prêtes, moines, font partie de la Fraternité de Jérusalem. Peut-être assisterez-vous à une messe?

La structure reste impressionnante. Vos yeux n’ont pas fini d’en voir. Vous allez adorer traverser le Cloître avec ses colonnes. Ce dernier a une fonction spirituelle, permettre aux moines de méditer avec une vue sur un jardin médiéval. Il vous mènera au Réfectoire de ces derniers, à la Salle des Chevalier au niveau intermédiaire, aux diverses cryptes, et aux jardins de l’abbaye.

Le Grand Degré

L’église vue de la Terrasse de l’Ouest
à l’intérieur de l’église, on en prend plein la vue

Le Cloître

ÉPOUSTOUFLER VOUS SEREZ CAR DES VUES SPECTACULAIRES VOUS VERREZ

Je me dois de vous dire les endroits qui m’ont littéralement saisie, marquée, époustouflée, car il y en a eu pas mal. Je pense que c’est pour moi ce que vous retiendrez de votre visite. Nous nous sommes extasiés devant la nature. Cela a été le cas sur la Terrasse de l’Ouest. À plus de 100 marches d’escaliers, la vue est extraordinaire sur un tout autre versant. Ne vous engouffrez pas directement dans l’église abbatiale, prenez le temps de vous rassasier de la vue spectaculaire qui s’offre à vous. De là, vous apercevrez la Chapelle Saint-Aubert et la Tour Gabriel. À l’intérieur de l’église, le Cloître ne m’a pas laissée indifférente. L’architecture, les colonnettes dans cet écrin de verdure, comment ne pas apprécier la vue? Mais je finirai avec le Chemin des rondes. Un peu plus haut, je vous ai parlé des remparts que vous pouvez prendre pour contourner le monument. Ce qui va être vraiment marquant sera la vue sur la baie. Elle est exceptionnelle, quand je vous dis que j’ai été subjuguée, je ne pèse pas mes mots. La vue est à couper le souffle. Elle l’est davantage sur la Tour du Nord. Aux abords du parvis de la Croix de Jérusalem, nous avons dû attendre notre horaire pour aller à l’abbaye et nous n’en étions pas mécontents, bien au contraire. Prenez les escaliers et rendez-vous sur la Tour du Nord. On ne s’en lassait pas, on est restée ici pendant des heures. On y même revenus après l’abbaye, mais pourquoi? Et pourquoi pas? C’est l’un des points de vue imprenable sur la baie qui vit au gré des éléments. À cet endroit, nous avons eu toute sorte de climat (pluie, déluge, soleil et j’exagère à peine!) et un vent à rafraîchir plus d’uns, mais ne partez pas au premier grain de pluie. Non, restez ! Bien sûr, en étant équipés, je ne vous dis pas de vous rendre malade, mais le jeu en vaut la chandelle. Avec le phénomène de marée, la baie se transforme sous vos yeux. Tantôt un sable blanc à ne plus voir l’horizon, tantôt des petits cours d’eau qui viennent vous narguer. Par moments, vous ne saurez pas dire ce qui différencie le ciel, de la mer, du sable. N’oubliez pas, nous sommes sur un îlot avec des sables mouvants, la totalité de la baie peut se recouvrir d’eau. Vous pouvez vérifier d’ailleurs les horaires des marées selon vos préférences. Retenez-le, il s’agit ici d’un incontournable!

La vue de la Terrasse de l’Ouest

La Tour Gabriel

La Tour du Nord

Distingues-tu la mer du sable?

La Marée s’empare du lieu et le paysage change sous nos yeux

LA BAIE DE SAINT MICHEL, COMMENT FERIEZ-VOUS POUR L’OUBLIER?

En vrai, vous ne pourrez pas l’oublier. Vous avez déjà eu un aperçu de celle-ci sur le mont et vous avez envie de la voir de plus près? Cela serait bête de ne pas y aller mais la visiter seul(e) est interdit car cela peut être dangereux. Il est d’ailleurs recommander de la découvrir en compagnie d’un guide du fait des sables mouvants présents sur le site. On parle ici de plus de 500 kilomètres d’étendue liant la Tombelaine (le rocher que l’on voit en face), à l’ilot. Des randonnées les plus folles les unes comme les autres sont organisées ici. C’est également une biodiversité incroyable, avec des phoques, des dauphins, des poissons à ne plus en finir, et plus d’une centaines d’espèces d’oiseaux. On retrouvera aussi les fameux moutons des prés salés. Un zoo à ciel ouvert, une diversité croissante, un nature incommensurable, le combo gagnant pour satisfaire votre visite.

La baie est en somme une étendue tellement magique

Alors convaincus? Parce que moi je le suis, la visite du Mont Saint-Michel est un incontournable à faire en France.

 

 

2 réflexions sur “Succomber au charme du Mont Saint-Michel, cette Merveille de l’Occident

  1. Lecture passionnante suivie de magnifiques photos.
    Que dire de plus, si ce n’est prendre la décision de visiter au plus vite ce chef-d’œuvre architectural classé au patrimoine mondial qu’ait le Mont Saint Michel.
    J’aime beaucoup cette description.

    1. Vraiment merci à toi pour ce commentaire. Je m’attèle à vous transmettre au delà de mes émotions sur le moment, la richesse d’un lieu. En te lisant, j’ai bien l’impression que tu as cerné ce que je voulais dire. Merci beaucoup 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *