Viens, je t’emmène en Martinique

Comme cela fait longtemps que je n’ai pas écrit, je me dois de revenir (comme une fleur) avec du béton armé rien que pour vous.

J’espère que vous êtes bien installés, bloc note à la main, car aujourd’hui, je vous emmène sous les cocotiers. Vous avez été tellement nombreux à me poser des questions sur cette destination! Je me suis dit que je ne peux vous faire que grandement plaisir en sortant cet article. Vous avez pris votre billet pour la Martinique, mais vous ne savez toujours pas quoi faire? Où aller? Vous êtes au bon endroit!

La Martinique est tellement riche, il y a une multitude de choses à faire et à voir. Toutefois, vous savez que vous ne pourrez pas tout faire en une seule fois. Comme beaucoup de destinations, il faudra revenir plusieurs fois pour découvrir pleinement cette île. Ce n’est pas pour rien que nous l’appelons « l’Île des Revenants ». Une fois sur place, c’est sûr, vous n’en aurez pas assez. Le but est de faire de vos vacances, un moment inoubliable, de quoi vous donner toutes les cordes afin que vous puissiez rentabiliser au mieux vos découvertes. Je m’attèle à cela aujourd’hui !

Vous vous demandez sûrement quelles sont les activités à privilégier? Que faut-il faire absolument pour découvrir en majeure partie cette île? Étant originaire de ces lieux, je vous livre, selon moi, les dix thèmes que vous devez garder absolument à l’esprit pour profiter de ce voyage. Le choix va être rude, mais toutefois, j’ai tenté de vous donner un peu de tout: culture, plaisir, découverte, fantaisie et farniente. Il y a des items où des lieux qui feront l’objet d’articles plus détaillé (comme toujours), toutefois, vous aurez déjà une idée de ce qui est important. Mais avant tout, combien de temps faut-il partir? où se loger? Vous ne savez pas? Ce n’est pas bien grave. Accrochez-vous, car je vous donnerai tout un panel d’astuces! 

Qu’est-ce que j’adore cette fleur…

COMBIEN DE TEMPS SUR L’ÎLE?

Pour moi, même si vous reviendrez (c’est sûr), il faut un minimum de dix jours pour profiter pleinement, mais je dis bien un minimum. Le mieux reste quand même deux semaines. Si vous voulez avoir le temps de profiter et visiter, mais aussi de vous reposer, faire la visite à un rythme détendu, deux semaines semble être un bon début. Après, bien entendu, si vous disposez d’un mois, j’ai envie de vous dire, tant mieux pour vous! Vous pourrez faire une vraie coupure tropicale et prendre le temps d’errer dans nos ruelles colorées.

QUAND PARTIR? 

Ah ça, c’est la grande question ! Quand partir, faut-il partir en période de grandes vacances scolaires pour le Tour des Yoles, en Février pour le Carnaval ou en Décembre pour les fêtes de fin d’année? En vrai, je poserais le problème différemment. Quelle est la période à laquelle il faut éviter de partir ? Je vous dirais que dans la mesure du possible, il faut éviter la période cyclonique de Juin à Novembre. La période cyclonique est le moment où la formation de cyclones et ou d’ouragans parfois dévastateurs, est plus propice et peut plus facilement prendre naissance. Eh oui, l’on n’en a pas l’impression, mais c’est énorme et vous me direz surtout que cela tombe pile-poil pendant la période des vacances scolaires où vous aviez prévu vos moments en famille. Il faut juste avoir conscience qu’il n’est pas impossible dans ces cas précis, d’avoir une semaine de pluie. C’est tout de même dommage, surtout si vous partez uniquement pour une semaine. Pour vous donner un exemple concret, en Novembre 2020, nous avons fait face à des intempéries exceptionnelles pendant un peu plus deux semaines qui ont causés pas mal de dégâts pour nos routes et nos maisons. Toutefois, il faut nuancer ce propos: Cela ne veut pas dire que vous aurez forcément de la pluie de Juin à Novembre ou que vous ne pouvez rien faire s’il pleut. Vous pouvez aisément partir pendant Juillet-Août et ne pas avoir une goutte de pluie. La Martinique reste en soit une destination ensoleillée. Les températures oscillent entre 28 et 32 degrés toute l’année. Vous l’aurez compris, la meilleure période pour un bon temps reste de Décembre à Mai.

Alors Février, Mars, ou Septembre? Je vous dirais de vous laisser guider par ce qui vous tente le plus. Profiter d’un Matoutou Crabe à Pâques, d’un Cochon Roussi pendant un Chanté Nwel à Noël, ou de voir les yoles à la fin du mois de Juillet, tout est une question d’envie. Personnellement, je préfère venir hors période scolaire, pour profiter des plages désertes, mais ça, c’est ma vision des choses!

OÙ LOGER?

A défaut de pouvoir tous vous inviter chez moi, il vous faudra un logement, on est d’accord ?! C’est une question qui est revenue plusieurs fois sur les réseaux sociaux. Comment choisir où loger? C’est toujours compliqué. Là aussi, cela va être une question d’envie, mais aussi de budget.

Déjà, il faut savoir que la Martinique a des activités et des paysages totalement différents en fonction de la localité. Plus au nord, vous aurez une nature plutôt vierge, authentique et sauvage, qui laisse place à des paysages d’une verdure exceptionnelle hors du commun. L’on pourrait se croire au cœur d’une forêt tropicale dense à certains endroits entourée de plages de sable noir due à l’activité volcanique des lieux. Vous y avez des endroits de charmes comme Grand Rivière ou Ajoupa Bouillon au Nord-Caraïbe. En passant du côté Nord-Atlantique, vous verrez les vestiges des Amérindiens. Jonchés de ruines, de distilleries, de plantations agricoles et de plages légendaires comme celles de la Caravelle ou des îlets du Robert. Bien évidemment, il n’y a pas que le nord qui a un attrait, le Sud-Est connu pour ses sublimes plages de fin mais aussi sa biodiversité. En partant de la capitale, vous ne pourrez louper la ville des Trois-Îlets au Sud-Caraïbe pour ses nombreuses excursions maritimes ainsi que les Anses d’Arlet, la ville des tortues. Au Sud-Atlantique, vont se succéder des paysages surprenants, entre les mangroves ou la savane de pétrification de Saint-Anne, le choix sera varié. Les plages auront de quoi vous surprendre que ce soit les îlets du François, ou la célèbre plage des Salines.

Vous l’avez compris?! Pour choisir sa localité, il faut tenir compte de tous ces items. Si vous ne restez pas longtemps sur l’île, un bon compromis entre les deux est de se trouver non loin de la capitale Fort-de-France, c’est-à-dire, au centre. Il ne faut pas oublier que l’île, même si elle est petite, vous connaîtrez le mot « embouteillage ». Cela serait dommage d’être pénalisé pour cela. Si vous restez plus d’une semaine. Une semaine dans le Nord et une dans le Sud semble être un bon terrain d’entente.

Après, le choix du type de location va s’imposer à vous. Tout reste à savoir si vous préférez l’hôtel, ou le bon vieux Airbnb. Pour l’hôtel, vous trouverez de tout, de la bonne maison coloniale au complexe de luxe. À vous de faire la différence. Vous en aurez entre 50 et 300 euros la nuitée selon la gamme sélectionnée et la période à laquelle vous venez. Pour les Airbnb ou maisons d’hôtes, vous trouverez forcément de bons rapports qualité-prix, qui vous permettra d’opter soit pour une vue sur le Rocher du Diamant ou pour privilégier la villa avec piscine. Ne lésinez pas, faites-vous plaisir!

VOITURE DE LOCATION OU PAS?

C’est limite obligatoire, si j’ose le dire… Oui, j’ose! Je ne dis pas que si vous n’avez pas de permis, vous serez démunis, mais simplement que les déplacements seront un peu plus compliqués que pour les autres. Je préfère être franche ici! Ils existent des taxis collectifs ou des bus qui partent de la capitale à la ville que vous souhaitez, mais dans une moindre mesure. Si vous choisissez un taxi, sachez que ces derniers, normalement de huit places, vont généralement attendre que le taxi soit rempli avant de décoller, alors prenez-vous-y tôt ou ne prévoyez pas de faire des excursions à l’autre bout de l’île surtout si vous êtes attendus à une certaine heure. Cela risque de gâcher vos plans. Il existe des bus Mozaïk aussi, mais qui desservent Fort de France, le Lamentin et Saint Joseph donc pas énormément de villes si l’on sait qu’il y a 34 communes. Aussi, les transports s’effectuent majoritairement jusqu’à 18h (et encore, cela dépend des villes), attention aussi à l’heure de retour.

Si vous souhaitez être libre de vos mouvements et prévoir ce qu’il vous plaît, à l’heure que vous vous voulez, la meilleure solution est la location de véhicule. Vous trouverez normalement chaussures à vos pieds à l’aéroport du Lamentin. Le choix est plutôt vaste.

ACTIVITÉS À INSCRIRE DANS TON CARNET DE VOYAGE EN MARTINIQUE !

Bon, maintenant que vous savez quand venir, et comment vous déplacer, venons aux choses sérieuses!

1 – FAIRE QUELQUES MUSÉES SUR L’ÎLE

Pour moi, si vous souhaitez en apprendre davantage sur notre culture, il n’y a pas mieux. Il faudrait faire quelques musées, histoire d’avoir les fondements de notre culture. Que ce soit le Musée de la Banane, le Musée du Cacao et du Chocolat, le Musée de la Pagerie, ou le Centre de découverte des Sciences et de la Terre dédiée à la Montagne Pelée, ils sont tous synonymes d’un moment d’apprentissage sur le patrimoine de l’île. Et si vous n’êtes pas emballé à cette idée, il vous reste la solution attractive des ateliers. De ce fait, vous serez beaucoup attentifs et vous imprégneriez du savoir que l’on essaye de vous transmettre, que se soit par la musique, par le goût ou par nos mœurs.

2 – VISITER DES DISTILLERIES

C’est aussi, le fondement de nos coutumes. Eh oui, les plantations agricoles nous permettent de jouir pleinement d’une renommée pour notre rhum agricole. Cela serait donc dommage de ne pas visiter ces fameuses distilleries qui ont gardé cet aspect d’antan, avec des maisons coloniales colorées les unes comme les autres. Vous aurez l’occasion d’apprendre davantage sur l’exploitation de la canne sucre et son parcours avant de devenir ce breuvage que tout le monde raffole : Le rhum. Bien entendu, une dégustation sera possible pour goûter les différents rhums : rhum ambré, rhum vieux, rhum paille et rhum blanc sans oublier les liqueurs. Vous retrouverez une multitude distilleries comme celle de Neisson, l’Habitation du Rhum Clément, l’Habitation Saint-Etienne ou encore le Musée du Rhum de Saint James.

3 – SE BAIGNER DANS LES RIVIÈRES ET PLUS, SI AFFINITÉ

« Ennou Bô la Riviè » (Allons à la rivière)! À chaleur accrue, bain glacé : c’est ce que nous faisions autrefois avec nos grands-parents. C’est vrai, au détriment, des plages dorées, les rivières sont parfois oubliées. Si j’ai un conseil à vous donner, ne faites pas une croix sur elles. Donnez-vous y à cœur joie, elles sont bien moins fréquentées, mais tout aussi fun et inédites. Il y a en a un peu partout sur l’île, vous les découvrez en faisant une randonnée ou une balade nature avec de bonnes chaussures de marche. La biodiversité de ces lieux vous surprendra, j’en suis sûre. Que se soit la rivière de Coeur Bouliki, la rivière du Lorrain ou la rivière Capot du Saut Babin, vous saurez, je présume, trouver de quoi vous rafraîchir. Une chose est sûre, vous serez revigorés. Il y a une quantité incroyable de rivières, mais aussi des cascades et de sources d’eau. Parmi les cascades, n’hésitez pas d’aller découvrir le Saut du Gendarme à Fonds Saint-Denis, la Cascade Couleuvre ou encore la Cascade Absalon. Si vous préférez des sources d’eaux chaudes, vous pouvez toujours vous rendre à Dlo Ferré aux Anses d’Arlet. En plus de la chaleur, vous pourrez profiter d’un beau panorama pour coucher de soleil. Vous savez qu’en Martinique, l’on peut se rendre au Pérou? Non, je ne rigole pas, littéralement vous pouvez vous rendre au Pérou qui est une source d’eau naturelle. Ce sont trois sources d’eau au cœur du quartier Pérou à Sainte-Marie , un site sur les hauteurs du Morne Létang très peu connu des touristes! Bref, vous avez compris, il y a plusieurs manière de faire trempette !

4 – FAIRE DES RANDONNÉES 

On est dans la logique ici. Pour découvrir les cascades, les rivières, les spots de rêves, prendre de la hauteur, il faudra faire quelques randonnées dans nos réserves naturelles les plus folles. Libre à vous de choisir le type de décor. Vous aurez la possibilité d’errer dans les mangroves les plus grandes et incroyables comme celle de la Presqu’île de la Caravelle ou de la Trace des Caps, de découvrir des plages secrète comme l’anse Baleine de Cap Macré ou l’anse Mathurin, des savanes vierges, des cascades inédites comme les Gorges de la Falaise ou la Chute de Didier en passant dans la forêt dominicale à perte de vue. Pour les plus aventureux, pourquoi ne pas tester la randonnée du Canal des Esclaves, de la Trace des Jésuites, du Morne Larcher ou encore de la Montagne Pelée? Vous ne serez pas déçus!

5 – PRENDRE UN CHOC DE CULTURE

Cette catégorie porte bien son nom. Prendre un choc de culture, c’est littéralement l’objectif. On oublie que la Martinique fait partie de la France. On a du mal à associer ce petit paradis à notre France métropolitaine où les paysages peuvent être givrés par certaines saisons. On a aussi du mal à s’imaginer une telle diversité de culture à huit heures de vol (neuf parfois). Si vous souhaitez vraiment prendre un « uppercut » de culture, il faut faire des activités phares et se rendre à des lieux précis. L’endroit où j’ai été moi-même surprise, (eh oui, même en étant originaire des lieux, ce n’est pas une honte de dire que j’apprends encore de mon île), c’est la Savane des Esclaves. Je ne sais pas si vous ferez la découverte avec « Evelyne » comme moi (j’ai toujours son prénom, pourtant cela fait tant d’années que je n’y suis pas retournée, c’est pour vous dire), mais je vous le souhaite amplement. C’est un concept que j’ai A-D-O-R-É! La Savane des esclaves est un parc de trois hectares dédié à faire revivre l’histoire de la Martinique, par la découverte de son peuple, de ses cases traditionnelles et de son jardin médicinale et son utilisation. On en apprends beaucoup sur la vie que menait nos ancêtres dans le temps, simple, dure, où le labeur était signe de fierté et récompensé par de bons repas familiaux (promis, il fera l’objet d’un article).

Il y a bien entendu, d’autres visites de la sorte qui vous feront entrer dans nos mœurs. Il vous suffit de fouler le sol de Saint-Pierre pour s’emparer et comprendre notre héritage historique dû à l’Éruption de la Montagne Pelée le 8 Mai 1902. C’est toute la ville entière qui à son importance, de la mer avec Manman Dlo, un musée sous l’eau (littéralement), à la terre au sein des ruines jusqu’au Cachot de Cyparis. De la rue Monte-au-Ciel, en passant par les ruines du Théâtre et les ruines des cellules de la Maison coloniale de Santé, vous comprendrez l’ampleur et la violence de l’éruption.

Après, il existe des manières bien plus simples de profiter de nos coutumes. Vous pouvez tout simplement prendre la direction de la Maison du bélè, à Sainte-Marie. Vous vivrez une expérience rythmé aux danses traditionnelles. En plus de l’exposition qui est présente, des cours de danse ou des formations de tambour afin de devenir « Tambouyé »(celui qui joue du tambour) vous sont proposés pour vous initier à conserver cette tradition ancestrale. Alors partant?

6- ERRER À FORT DE FRANCE

C’est la Capitale, il vous est interdit de la louper. Fort-de-France est une ville qui faut prendre le temps de visiter à pied. De la Baie des Flamands qui longe le Malécon au Théâtre d’Aimée Césaire, vous devez connaître toutes ses rues. Commencez votre visite par le Marché de l’Artisanat sur la Place de la Savane, puis continuez dans les rues de Victor Hugo, les rues de Schoelcher, la rue Lamartine, la rue Isambert pour apercevoir les trésors cachés comme la Cathédrale Saint-Louis, la Bibliothèque de Schoelcher, le Grand Marché pour une explosion d’odeurs et de couleurs : les légumes, les épices, les liqueurs et les fruits tropicaux. Vous ne serez pas indifférents.

Pour les addicts comme moi, Fort de France est aussi synonyme de street-art. De plus en plus, on en découvre qui arborent nos rues et qui redonnent du peps à des lieux parfois oublié. Vous pourrez contempler l’œuvre de l’artiste Xan du groupe NPL Mada Point. Vous en verrez également un peu plus loin, à Schoelcher aux abords de Madianna ou du Centre Nautique de Schoelcher.

7 – GOÛTER LES SAVEURS LOCALES

Je peux l’avouer, même si je reviens voir ma famille en priorité (toujours), je reviens principalement pour ça : manger local ! Ça veut dire quoi « manger local »? C’est simple, ce sont les bons plats de ma mère (et de mon père, afin qu’il n’y ait pas de jalousie!). Je sais qu’il y a très peu de chances que vous les goutiez, mais rassurez-vous, je parle de savourer la cuisine antillaise en général. Et ça, c’est totalement à votre portée. Il y a de très bons restaurants que vous retrouverez sur l’île qui vont vous faire saliver comme pas deux. Dans les articles à venir, je vous donnerai quelques noms de restaurants où vous pourrez aller les yeux fermés. Comme vous le savez, la cuisine martiniquaise que je peux qualifier de cuisine créole est chère à mes yeux, à mon cœur, mais surtout à mon ventre. C’est indéniable, pour visiter un pays, il faut apprécier ses saveurs culinaires. Lâchez vous : accras, sauce chien, vivaneau grillé, langouste, igname, fruit à pain, blanc manger coco, titiri, choux de chine. Tout y passe. Il faut goûter à tout et plus encore, si vous avez la possibilité, faites des ateliers cuisine afin d’apprendre la confection d’un Colombo avec nos chefs étoilés ou la fabrication de Cassaves au Lorrain. Ne lésinez pas !

Le blanc manger coco !

8 – PROFITER DES PLUS BELLES PLAGES 

Il y a une multitude incalculable de plages ou de pointes en Martinique, toutes aussi belles les unes que les autres. Vous en trouverez pour tous les goûts. L’objectif de vos vacances est quand même, au moins une fois, de vous étaler comme une crêpe au soleil ou de faire la planche dans l’eau, mais pour cela, il faut trouver le lieu idéal. Je ne vous dirais pas de vous cantonner uniquement à la plage de Salines. Elle est belle, on ne va pas se mentir, mais faut élargir la senne et pêcher aussi ailleurs. Si vous êtes à la recherche de plages de sable blanc avec de l’eau translucide bleu azur à souhait, vous avez l’Anse Figuier de Rivière-Pilote, la Pointe Paula du Vauclin, la Pointe Borgnèse au Marin ou encore Anse Caritan de Sainte-Anne. Vous l’avez compris, les plages de rêves sont effectivement massivement dans le Sud de la Martinique. Cela ne veut pas dire que le Nord est dénué de plages sublimes. Vous retrouverez la plage de Tartane, de la Baie du Trésor ou la plage Cosmy à Trinité ou l’Anse Azérot à Sainte-Marie. Mais le nord à tout de même une particularité qu’il faut souligner. Vous y retrouverez des plages de sable noire dû à l’activité volcanique toutes aussi belles. Vous serez surpris de la clarté de l’eau à ces endroits et de la beauté des couchers de soleil sur celles-ci. Ici, vous en retrouverez tellement comme l’Anse Couleuvre ou l’Anse Céron du Précheur, l’Anse Turin du Carbet ou encore les plages de Basse Pointe. Les plages de sable noir ne sont pas exclusivement au Nord, même si elles s’y retrouvent majoritairement. Vous avez la fameuse plage Anse Noire des Anses d’Arlet, réputée pour voir les tortues comme sa voisine l’Anse Dufour. Bref, vous avez vraiment de quoi faire pour multiplier les plaisirs.

9 – FAIRE DES EXCURSIONS INÉDITES EN BATEAUX

Vous avez une obligation ultime d’annoter ceci à vos carnets de voyage! Si vous venez en Martinique, il y a une multitude inimaginable d’activités que vous pouvez faire sur l’eau pour profiter de la faune et la flore. Si vous avez du temps et accessoirement de l’argent, pourquoi pas faire une virée en bateau afin de dire bonjour à nos amis les dauphins et si vous avez de la chance les baleines, entre le Case Pilote et Schoelcher. C’est une excursion qui se déroule généralement le matin. Après un moment avec nos amis les dauphins qui effectuent des sauts périlleux, et suite à une collation, on vous invite à faire un plongeon au plein milieu de la mer au Carbet, vous serez épaté de découvrir nos coraux. Si votre optique est de voir nos animaux marins vous pouvez aussi faire une visite de nos fonds marins par la plongée qui permet de voir les tortues aux Anses d’Arlets ou de découvrir les poissons chirurgiens et les poissons perroquets de toutes les couleurs au Marin ou encore au Trois-Îlets. Si l’idée de plonger ne vous emballe pas, vous pouvez toujours opter pour l’Aquabulle au Marin. C’est un bateau avec un fond vitré, qui vous permet de profiter des fonds sans ne prendre une goutte d’eau. Vous pouvez aussi opter pour des journées relax en catamaran ou des journées croisières avec vos amis. C’est comme cela que j’avais pris le large pour l’île voisine Sainte-Lucie, le temps d’une journée. Cela se fait régulièrement sur l’île. Si le sport vous attire comme le miel attire les abeilles, il existe pleins d’activités sportives. Vous pouvez faire du surf ou du Kite surf, du jet ski, , mais pour moi le kayak, reste la façon la plus simple de se dépenser tout en découvrant, que ce soit nos belles mangroves ou nos îlets (Robert ou François), vous aurez de quoi parcourir des miles en vous régalant des endroits sauvages.

10 – AUTRES ACTIVITÉS NON NÉGLIGEABLES 

Si vous avez déjà fait une bonne partie de ces 9 points précédents, vous avez déjà normalement fait ou vu un bon nombre de choses, mais pourquoi ne pas pousser davantage? Il reste des activités, qui pour moi, sont non négligeables. Lesquelles? Voici une petite liste exhaustive :

  • Faire une halte dans les Jardins Botaniques : que ce soit celle de l’Habitation Latouche, l’Habitation HSE avec son jardin élu « Jardin Remarquable » ou le Jardin de Balata, allez-y, vous ferez forcément de belles trouvailles au cœur des colibris.  Vous verrez des plantes endémiques et surprenantes. C’est la meilleure façon de découvrir notre biodiversité
  • Aller à la Baignoire de Joséphine : c’est un lagon aux fonds blancs dont il faut profiter au François. Plusieurs bateaux vous proposent l’excursion à la journée. Vous vous imaginez, au milieu de la mer, littéralement sur un banc de sable? Oui, c’est possible, c’est d’ailleurs le concept. Et pour clore le sujet, vous pourrez vous rendre sur les îlets voisins, il y en huit qui vous feront passer une belle journée.
  • Observer et ou participer à la senne de bon matin : Participer à la senne, il y a rien de mieux pour comprendre le dur labeur des pécheurs, qui s’occupent à vous trouver de quoi remplir votre assiette. Et oui, la langouste grillée n’est pas arrivée comme cela à votre assiette, il faut aller la chercher.
  • Explorer les curiosités de l’île comme le Tombolo : Bien évidemment, je vous laisse l’article complet à ce propos.
  • Survoler la Martinique en Hélicoptère : c’est ma sœur qui a déjà tenté l’expérience. Depuis, je rêve aussi de le faire, elle a en gardé un bon souvenir et surtout ça avait l’air incroyable. La vue doit être impressionnante. Je ne peux que vous le conseiller! Vous me raconterez si vous l’avez fait?
  • Se baigner dans la rivière de Grand Rivière ou tremper les pieds (pour les moins courageux): C’est la base. Grand’Rivière est tellement joli avec ses cases colorées, son calme verdoyant et cette sensation d’être au bout du monde, mais le must reste la rivière. C’est ici qu’on l’on adorait jouer dans l’eau, faire trempette. Ici, les habitudes ne muent pas, entre les femmes qui lavent leur linge, les hommes qui ramènent leurs trouvailles de la journée, on est instantanément coupé du monde.

Voilà, je crois vous avoir donné l’essentiel. Vous avez de quoi faire un bon séjour et surtout revenir ! Il y a sûrement des endroits que j’ai omis (l’article serait vraiment trop long) mais si vous avez des questions sur la destination, n’hésitez pas en commentaire ! Je vous y répondrai volontiers. Il en est de même pour avoir certaines adresses.

Trotteusement vôtre,

Cindy

 

 

 

 

 

5/5 - (31 votes)

6 réflexions sur “Viens, je t’emmène en Martinique

  1. Merci Cindy pour ton blog. Il est très bien fait.
    C est une mine de renseignements et de conseils
    Je pars à la Martinique du 25/01/23 au 07/02/23 mail le billet d avion il pique : 1050€ Air Caraïbes
    Je vais suivre t’es conseils 👍😅
    Michel

    1. Merci Michel, ça fait plaisir !
      Ah tu pars en Martinique dans deux jours, bientôt les vacances! J’espère que tu passeras un bon séjour. Tu me diras? Hein?
      Malheureusement, le prix des billets est juste affolant, et cela, même hors saison. ça a augmenté comme jamais, je dirais même flambé !
      En tous les cas, merci pour le passage sur mon blog. N’hésites pas à revenir. Comme on dit chez moi: « An lot Soleil », ce qui veut dire : A bientôt 🙂

  2. Comme d’habitude, magnifiques photos ! Ton article me donne envie de prendre un billet d’avion dans la minute… 🙂

    1. Merci Christelle, cela me fait plaisir. Dis moi quand tu as pris le billet , je viens aussi 😉!

  3. C’est génial cette description de mon île adorée, j’aime beaucoup vos photos, elles sont magnifiques. Je constate qu’il y a beaucoup de choses que je n’ai pas explorées, je vais y remédier grâce à votre perception de votre visite sur l’île.
    Je vous remercie pour vos recommandations.

    1. Merci pour votre commentaire HM.

      Étant originaire des lieux, il y a encore pas mal de choses ou d’activités que je ne connais pas mais, comme vous l’avez si bien dit, on va y remédier toutes les deux. En attendant, si je peux transmettre mon vécu sur certaines excursions ou activités et que ça vous aide à préparer les vôtres, ma mission est remplie.
      Encore merci pour vos messages et votre fidélité sur ce blog
      A bientôt,
      Cindy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *