Le Musée Saint James, terre de rhum de Sainte-Marie

J’aime la ville de Sainte-Marie, tout simplement pour son dynamisme. Je vous ai déjà parlé de cette région. Cependant, mon dernier article était principalement axé sur le magnifique Tombolo qui surplombe la commune. Comme je vous avais précisé, cette ville est caractérisée par son patrimoine culturel fortement représenté, à commencer par ses diverses plantations agricoles. Celle qui va nous intéresser ce jour, est la plantation de canne à sucre de Saint James. Nous allons faire une halte au Musée du rhum de Saint-James et sa distillerie.

J’ai vécu des années en Martinique, et pourtant, ce n’est que l’année dernière que j’ai visité le musée. Qui puis-je accuser ? On va dire « métro, boulot, dodo » ! Enfin, mieux vaut tard que jamais. Ce fut une expérience enrichissante. On en apprend beaucoup sur notre propre culture. Si vous êtes intéressé et que vous souhaitez vous y rendre, sachez que la visite est gratuite. Le musée est ouvert du Lundi au Samedi de 9h à 17h. Il est divisé en deux : le musée du rhum et la maison de la distillation.

LE MUSÉE DU RHUM

Le musée du rhum existe depuis 1745. Au sein d’une ancienne maison coloniale, vous découvrirez aux premiers abords, les étapes de la production de rhum, de la canne à sucre à l’extraction du jus. Vous pourrez également contempler les anciens ustensiles utilisés pour la production comme l’alambic à rhum ou la colonne à distiller. Aussi, vous pourrez noter que le rhum Saint James à été élu et valorisé à plusieurs reprises. En effet, vous verrez les nombreux prix de qualité que ce rhum a suscité. Vous finirez la visite par la fameuse boutique où les prix défient toute concurrence. De la liqueur au rhum vieux, le choix se fait large. Un pôle dégustation est ouvert pour les amateurs.

LA MAISON DE LA DISTILLATION ET LES FAMEUX MILLÉSIMES

J’ai donc poursuivi ma visite dans la deuxième maison coloniale. Celle-ci est plus récente car elle a été créée en 2010. Elle retrace toute l’histoire de la distillation pour Saint James. Elle est impressionnante avec ses tours de colonne à distiller cuivrées. On y retrouve les plus anciens millésimes de Saint James, des bouteilles de 1885 par exemple qui été conservées malgré l’éruption de la Montagne pelée en 1902. Là, honnêtement, j’ai été époustouflé. Ces bouteilles doivent avoir une valeur inestimable. C’est ici que l’on note l’évolution du label, de notre marque.

L’EXPANSION DANS LE MONDE

Toute l’importance de ce musée réside dans cette maison de la distillation. Tout ce processus, toute cette richesse a une finalité : l’exportation de notre breuvage dans le monde entier. Le rhum n’est pas seulement commercialisé en France dans nos supermarchés. Non! Détrompez-vous, depuis des décennies, il traverse les contrées. Au Brésil, en Colombie, au Togo, au Bénin, en Espagne, à Amsterdam et même, en Asie, vous le trouverez.

Des millésimes comme jamais
Les anciennes colonnes à distiller

Bon, je ne vous mets pas tout non plus, sinon vous n’aurez plus rien à voir! J’espère que ces quelques mots, vous auront su vous rendre curieux. Allez! C’est le moment pour vous de prendre votre voiture en direction de Sainte-Marie.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *