Le Parc Timanfaya: un paradis lunaire au cœur des Montagnes de feu

Welcome on Mars !

Voyez-vous une meilleure façon de faire une entrée en matière? Moi, personnellement, non ! J’ai eu l’impression d’avoir atterri sur Mars, et d’une façon fracassante donc je me dois de le souligner ici?! On est d’accord!

Je ne suis peut-être pas astronaute, mais j’en ai pris plein la vue dans le Parc National de Timanfaya où les volcans sont appelés « Las Montañas del Fuego » (les montagnes de feu), et ce, à m’en déboîter la mâchoire. Certaines personnes déconseillent ce parc parce qu’il y a du monde, ou parce que l’excursion se fait en bus (je vous explique tout cela un peu plus bas). Bref, les avis sont mitigés sur cette visite, à un tel point que je ne savais pas à quoi m’en tenir avant le voyage. Vous voulez le fin mot de l’histoire?! Je vous le dis simplement : pour moi, si vous avez raté cette expédition, c’est comme si vous avez raté l’âme de Lanzarote (un peu serait un euphémisme)! Pas une seconde, vous aurez le temps de vous ennuyer ici. Au-delà de l’ennui, c’est tout de même quelque chose d’impressionnant que l’on ne fait pas tous les jours. On n’a pas souvent l’occasion de faire une route de volcan avec plus de 25 cratères, où la combustion s’est déroulée sur des années entières et où la chaleur peut atteindre plus de 300 degrés à dix mètres juste sous nos pieds (je ne le savais pas quand j’y ai été hein!). Je vous le dis d’avance, cet article aura plein de photos, c’est obligé, car je ne sais pas les départager. 

LA ROUTE DES  VOLCANS

La Route des Volcans, c’est quoi?

Vous en avez peut-être déjà entendu parler ! La Route des Volcans est pour moi, un endroit unique à découvrir. Mais, je ne suis pas la seule à le penser. Même les astronautes viennent de loin pour s’enrichir, apprendre des lieux, déceler le secret de ces terres et s’entraîner pour leurs explorations planétaires. Toutefois, pour que vous ayez une vision claire de ce que je vous raconte, un peu d’histoire est nécessaire !

Il faut savoir que Lanzarote a été régi par des éruptions qui ont duré six ans et ont créé un champ de lave qui recouvre cette île sur plus de 172 kilomètres. Moi, je qualifie ce vaste champ, de mer de lave, car c’est littéralement ce que l’on voit, ce que l’on traverse. Imaginez-vous : ces éruptions ont duré de 1730 à 1736, donc se sont répétées de façon continue pendant six ans?! Incroyable, non?! On compte ici, l’un des phénomènes volcaniques les plus importants du monde, ce qui n’est pas rien. Quand, je vous dis que votre visite ne sera pas moindre, j’espère tout simplement que vous preniez conscience de l’ampleur de ce qui vous attend. Si ce n’est pas le cas, je peux aisément continuer à vous en parler. La deuxième éruption a eu lieu en 1824. Celle-ci fut plus faible en intensité, mais d’une fluidité extraordinaire pour l’écoulement de la lave. En totalité, on parle de huit millions de mètres cube de lave qui crée une beauté sans pareil. Bien sûr, César Manrique a conçu la route des volcans pour nous faire rêver. Cette route, c’est 14 kilomètres de champs magnétiques, de paysages lunaires qui se transforment sous vos yeux, de cratères de toute forme, de terres ocres, et de lits de lave. Créée en 1974, c’est l’une des routes les plus sensationnelles que j’ai eu la chance d’arpenter. Mais que dis-je? Ce n’est que mon simple avis! À vous, de vous approprier cette expérience hors du commun. Alors, comment faire pour s’y rendre? 

LES MONTAGNES DE FEU, COMMENT Y ALLER?

Le parc se situe dans le sud-ouest de l’île. Vous pouvez vous y rendre en prenant la direction de Yaiza si vous êtes au sud de l’île, ou de Tinajo, si vous êtes dans le nord. Le mieux, en fonction de l’endroit où vous vous trouvez sur l’île, c’est que je vous laisse le lien pour vous guider directement vers cette merveille. Le parc est ouvert tous les jours de l’année de 9h à 17h30 avec une dernière visite prévue à 16h30 en saison estivale. Sinon, les horaires sont de 9h à 15h45 hors période estivale. Une fois arrivé sur le lieu, vous pourrez garer votre véhicule sans soucis. Vous le savez, plus vous arrivez tôt sur le site et plus vous éviterez l’attente pour vous garer au parking ainsi que l’attente pour aller dans le bus. J’y étais bien évidemment de bonne heure (9h30) et tout s’est déroulé comme sur des roulettes. On n’a fait aucune queue. À vous de voir ce que vous préférez : le lit douillet de votre hôtel et l’attente à l’arrivée ou une balade aux aurores (on parle de 9h30 ce qui n’est pas la folie non plus) et peu de gens ?

Pour y aller, vous aurez bien évidemment besoin d’un ticket. Je vous ai déjà parlé du CACT, le centre d’art, de culture et de tourisme, mais je vous remets le lien gracieusement ici. Soit vous prenez:

  • un ticket combiné pour plusieurs œuvres culturelles de Lanzarote. Par exemple pour les six attractions, vous avez un prix global de 35 euros pour un adulte, 17.50 euros pour les enfants de 7 à 12 ans et gratuit pour les enfants de 0 à 6 ans
  • un ticket uniquement pour les montagnes de feu qui sera à 12 euros pour un adulte, 6 euros pour les enfants de 7 à 12 ans, gratuit pour les enfants de 0 à 6 ans

Il est également de possible de visiter le Parc Timanfaya, combiné avec d’autres activités comme La Géria et le fameux lac El Lago Verde ou encore les falaises de los Hervideros. C’est aussi une manière de coupler plusieurs attractions en une seule journée si vous manquez de temps et le plus, l’on vient vous récupérer à votre hôtel. Le tour est à 69 euros pour les adultes et 55 euros pour les enfants de 3 à 11 ans. Je vous laisse le lien ici pour plus de facilités. 

COMMENT FAIRE LA ROUTE DES VOLCANS?

À paysage unique, découverte inédite ! Oui, vous avez la possibilité d’approprier la visite à votre style, car il y a plusieurs façons de visiter les Montagnes de feu. Comment ? Tout dépendra de votre façon d’explorer. Avant toute chose, il faut savoir que le Parc Timanfaya est une réserve naturelle que l’on souhaite protéger. Du fait de la fragilité du sol, de la chaleur concentrée à certains endroits, il n’est pas possible de faire la visite tout seul, sans un accompagnant qui connaît les terres. Cela permet de préserver les lieux intacts et d’éviter des effondrements. 

Si vous choisissez la randonnée 

Conformément au point susmentionné ci-dessus, il est interdit de visiter l’intérieur du Parc de Timanfaya à pied. Pour cela, seule la route de 14 kilomètres est praticable en bus. Toutefois, il y a deux randonnées opérées avec des guides. Il faut vous rendre au Centre des visiteurs pour réserver l’excursion. En fonction des jours, certaines randonnées vous seront proposées. Étant très prisées, il faut cependant réserver bien à l’avance. Le centre est ouvert de 9h à 16h45. 

Une balade à dos de dromadaire vous tente

Et si à pied ne vous intéresse pas, je peux vous proposer de faire la balade à dos de dromadaire. Ce sont des animaux robustes qui peuvent porter jusqu’à 300 kilos. Vous trouverez la station des dromadaires à Echadero de Camellos. La balade dure 20 minutes. Généralement, il vous ait demandé 12 euros en espèces par dromadaire pour deux personnes. Alors, pensez à avoir l’appoint sur vous! 

On s’en tient au bus

Le bus est le moyen ultime pour visiter l’intérieur du Parc National de Timanfaya et sa fameuse route de 14 kilomètres. Comme je le disais précédemment, il faut préserver ce site exceptionnel. Il est donc mis en place une protection maximale pour éviter la dégradation des terres de cette réserve. Ne soyez pas dépités: croyez-moi, le bus vous fera tout de même profiter de l’excursion! Il faut compter 35 à 40 minutes pour faire le tour. Vous pourrez remarquer à quel point la route est étroite et avec quelle dextérité les chauffeurs voguent sur celle-ci. Je vous vois venir : vous vous demandez très certainement où s’asseoir dans le bus pour profiter pleinement de l’expérience? Ce n’est que mon avis, mais si vous êtes ici, c’est que vous le voulez ! Pour moi, il faut vous asseoir à l’avant du bus, sur les premières places et à droite du chauffeur. Pourquoi? Dans un premier temps, en étant devant (j’étais au 2ème rang), vous avez une vue panoramique sur la route en face de vous, ce que vous n’aurez pas si vous êtes au milieu ou à l’arrière du bus. Eh oui, ici, vous aurez également la vue du chauffeur, ce qui vous fait profiter amplement du décor. Ensuite, je dirais de vous placer à droite du chauffeur, parce que pour moi, il y avait plus de choses intéressantes à voir de ce côté. Attention, vous ne serez pas lésé à gauche. Je dis simplement que j’ai préféré la perspective de ce que je voyais à droite.

UN PETIT POINT PHOTO

Voici un point qui revient souvent pour cette visite : Comment faire les photos au sein d’un bus?

Si vous êtes un photographe dans l’âme, sachez que vous avez plusieurs façons de contrer les effets de la vitre sur les photos. La plus simple serait de rapprocher votre appareil de la vitre au maximum et de jouer avec les effets du soleil. Oui, le bus a des fenêtres tintées sans ouverture possible (ce sont des bus avec climatisation), mais on arrive tout de même à se débrouiller. Vous pouvez également vous doter d’un pare-soleil, ce qui peut atténuer les effets de lumière. Si en plus, vous possédez un polarisant, c’est encore mieux. Néanmoins, il faut savoir que le filtre va atténuer les reflets, mais il ne va pas complètement les annuler. La post-production sera votre allié dans ce sens. Vous pouvez aussi faire le choix de jouer avec les reflets pour créer une composition toute autre. Ça peut paraître bête, mais je précise, toutes mes photos sont faites à l’intérieur du bus pour la route du volcan. Donc, on peut très bien composer avec les éléments. C’est ça aussi être photographe, savoir s’adapter à toute situation. 

L’ATTRACTION EN ELLE-MÊME

J’ai vraiment eu le sentiment de découvrir une autre planète. Je n’exagère même pas. Si la NASA trouve des similitudes à ce parc comparativement à la planète Mars, qui suis-je pour les contredire?! En attendant, ce que je retiens de cette expérience, c’est toute cette lave qui a pris une forme surréelle due à la force du feu et au gré des alizés. Cette mer de lave, elle est tout bonnement impressionnante. On est vraiment sur une terre de feu, il n’y a pas d’autres mots! Cette lave noire, obscure, laisse place à des cônes, des cratères abracadabrants tous autant qu’ils le sont. Mais surtout, elle laisse place à une terre ocre dont les tons varient en fonction de la lumière. Sur le parcours, il y a un point où le bus s’arrête qui m’a marqué l’esprit. En plus de la musique spatiale que vous avez dans le bus (vous comprendrez bientôt), le bus marque l’arrêt à un endroit où on ne peut pas compter le nombre de cratères à l’horizon avec en fond de toile, la mer. On assiste à une danse des nuages sur les montagnes, ce qui accentue le rouge vermillon, l’orange cuivre et le noir carbone des terres. C’est vraiment surréaliste ce qui s’y passe. Formée par des pluies de cendres, on distingue aisément la vallée de volcans. C’est donc pour cette raison que cet endroit est surnommé la « Valle de la Tranquilidad » qui signifie la Vallée de la Tranquillité ! Ici, règne une atmosphère paisible qu’il faut simplement savourer.

LA CHALEUR DE LA TERRE : DANS SES ENTRAILLES 

Si vous pensiez que la visite s’arrête à la balade en bus (qui est déjà bien, c’est vrai), vous faites erreur! Depuis le début, je parle de l’activité de cette terre riche en volcans. Si on vous montrait à quel point la terre bouillonne sous vos pieds, vous seriez partants?! À la fin de la balade en bus, on vous amène à côté du restaurant pour une démonstration hors du commun. Quand je dis que la terre bouillonne sous vos pieds, le mot est faible. Oui, car la chaleur sous vos pieds peut atteindre jusqu’à 300 degrés de température. Le meilleur moyen de le vérifier, c’est de vous le montrer! Vous aurez donc droit à un petit show. Dans un premier temps, le personnel vous donnera des pierres provenant de la terre. Elles sont ultra chaudes donc on comprend tout de suite l’ardeur qu’il y a en ces lieux. Par la suite, dans un trou creusé au sol, on vous montrera à quel point le feu peut s’embraser rapidement avec juste quelques brindilles. La deuxième attraction, est le geyser. Lorsque le personnel verse de l’eau dans les trous creusés, cela ne prend pas plus de quatre secondes pour faire jaillir de l’eau à notre plus grand bonheur. 

LE RESTAURANT EL DIABLO

Vu que la chaleur est omniprésente, pourquoi ne pas l’utiliser pour faire quelque chose de tout à fait impensable? Il fallait y penser! Créer un restaurant dans un parc naturel avec des volcans actifs, relève de l’irréel. Pourtant, il existe bien ! Oui, vous l’avez compris, le restaurant El Diablo fait cuire ses aliments à la chaleur d’un volcan ! Vous aurez la possibilité de visiter les fours à l’extérieur. Vous pourrez bientôt dire, « j’ai mangé du poulet grillé à la chaleur d’un volcan ». Exceptionnel, non?! Pour ma part, j’ai fait l’impasse sur le poulet, car j’ai opté pour juste un petit snack étant venue assez tôt. Néanmoins, l’on pourra dire que ce restaurant est bien pensé de A à Z, pas uniquement pour sa nourriture, mais également pour son cadre. En effet, il a une baie vitrée circulaire qui en surprendrait plus d’un ! Une vue splendide sur quoi? Nos volcans, bien sûr ! De quoi manger tout en étant imprégné du décor !

El Diablo !

LE SAVIEZ-VOUS ? FUN FACTS

On finit cette notre sur des fun facts :

  • Le père Andrès Lorenzo Curbelo raconte dans son journal que le 1er septembre 1730, la terre s’est ouverte pour en laisser rechaper une montagne cernée de flammes. Ces mêmes flammes ont brûlées pendant dix-neuf jours sans interruption.
  • Depuis 2013, les astronautes de la NASA sont formés dans le Parc Timanfaya, car le sol volcanique comporte des similarités géologiques à celui de Mars. L’agence Spatiale Européenne a choisi ce parc grâce à son sol basaltique. Une zone d’atterrissage sur Mars porte le nom Timanfaya grâce aux ingénieurs, aux astrophysiciens et aux géoscientifiques qui ont rendu les expéditions planétaires possibles.
  • Il est estimé que l’éruption a recouvert de lave, 25% des terres fertiles de Lanzarote, détruit 420 maisons, mais aucun mort n’était à déplorer.
  • Le parc est quasi désertique, la végétation, et même les animaux ne peuvent vivre sur ces terres. On y retrouve essentiellement le champignon lichen, les fougères et des buissons.
  • Le Restaurant El Diablo, est le seul restaurant au monde qui fait cuire ces aliments à la chaleur d’un volcan! Si ce n’est pas unique ça, alors je ne sais pas ce que c’est !
  • Les geysers artificiels sont créés grâce à des tuyaux enfoncés dans le sol de douze mètres de profondeurs. On doit cette attraction à Jesús Soto, un acolyte de César Manrique qui l’a aidé à la construction du restaurant.

J’espère que cet article vous aura donné l’envie d’aller voir le Parc Timanfaya.

Retrouvez ici mes épingles de mon compte Pinterest.

Trotteusement vôtre,

Cindy

5/5 - (32 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *