Bến Tre, un village au cœur des cocotiers dans le Delta du Mékong

Nous avons quitté la ville de Hô Chi Minh pour aller à Bến Tre, un village au cœur de la nature. Cette ville m’a réellement touchée. C’est l’une des provinces qui se situe sur l’un des bras du Delta du Mékong. En effet, le Delta du Mékong compte neuf bras. Il est d’ailleurs surnommé le « Delta des Neufs Dragons » au Vietnam. Pour le Laos, le Mékong serait donc la maman des cours d’eau de l’Asie car « Me » en laotien signifie « Maman » et « Kong » désigne le cours d’eau. C’est d’ailleurs, le troisième fleuve d’Asie. Il a plus de douze mètres de profondeurs. C’est l’une des zones les plus fertiles du Viêtnam. Le Mékong est composé de plusieurs rivières qui ont une couleur verdâtre. Sa couleur provient effectivement des minéraux qui la composent. Du fait de ses minéraux, les rizières deviennent importantes et très fertiles. En vrai, le Delta du Mékong couvre 39000  kilomètres carrés du sud du Viêtnam. Les villes comme Can Tho, My Tho et Bến Tre sont immergées dans ses fleuves. Vous l’aurez compris, le moyen de locomotion le plus pratique est le sampan, cette petite barque en bois utilisée par les habitants.

Bến Tre représente une ruée de cocotiers, de verdure, un village bien paisible loin de l’agglomération, un havre de paix. Une certaine bonhomie en ressort. Bien sûr, nous ne sommes plus dans une grande ville donc la pauvreté est à certains endroits, palpable. Si vous prenez le temps de comparer l’euro au dong, vous comprendrez aussitôt que le coût de la vie est moindre en ces terres. Tout simplement parce qu’il y a moins de moyens et qu’un vietnamien gagne en moyenne 170 euros par mois. Si l’on fait un petit calcul mathématique, cela représente 5,66 euros par jour. Néanmoins, l’entraide est le maître-mot dans ce pays. L’élevage, la riziculture, la pêche aident également de façon astronomique. Malgré tout, les vietnamiens, apparaissent heureux de la simplicité des choses et de la vie.

NAVIGUER DANS LES ARROYOS

Vous l’aurez remarqué, il y a beaucoup de plantation de noix de coco, ce qui laisse place à des paysages magnifiques. S’il y a bien une chose que vous devez faire à Bến Tre, c’est naviguer dans les arroyos. Nous avons embarqué à bord d’un sampan et à cet instant, ce fut magique. Le voyage se fait en silence uniquement pour profiter de la beauté de ce panorama. Je me permets de faire un petit constat, vous le verrez également, les vietnamiens sont dotés d’une souplesse incroyable pour propulser le sampan avec la force de leur bras et pieds tout en sachant qu’un sampan peut prend un maximum de cinq personnes.

Comme je vous le disais précédemment, la noix de coco a toute son importance ici. Il est vrai qu’elle est utilisée pour tout. Vous la retrouverez dans les plats, ou encore utilisée comme ustensiles, peut-être comme un balai, ou qui fait office de chapeau. Tout est utilisable dans la noix de coco, de la feuille de palmier au fruit. C’est la raison pour laquelle on considère le cocotier comme « l’Arbre aux cent usages ». De ce fait, il nous était inconcevable de manquer la fabrique de la noix de coco. Nous avons navigué jusqu’à elle.

LA FABRIQUE DE NOIX DE COCO

Nous avions un guide qui s’appelait Chu, il a été « génialissime » du début à la fin. Il nous a emmenés dans cette fabrique de noix de coco pour y découvrir les « Bonbons de Coco », une spécialité vietnamienne. Nous avons été à la fabrique de Keo Dùa Bến Tre, la plus connue de la province

La méthode est simple: Il faut au préalable choisir une bonne noix de coco et retirer toute son écorce. L’on récupère l’eau de coco dans un récipient que l’on réserve. Une partie de cette eau sera utilisée pour faire du rhum à la noix de coco et que l’on laissera donc, macéré. L’autre partie servira à la confection des bonbons. L’on récupère la pulpe de la noix de coco qui est actuellement vidée de son jus. Cela permettra d’en extraire le lait de coco. Pour obtenir la crème de bonbon, il va falloir mélanger à chaleur ambiante, 80% de lait de coco, 10% de sucre de canne et 10% de malt de riz. Au bout de quarante minutes, le mélange va s’épaissir. Avec cette crème, vous pouvez, d’ores et déjà, confectionner les bonbons. La base est la noix de coco, mais néanmoins, vous en trouverez agrémenter de plusieurs goûts : cacahuètes, ananas, cacao etc.

Ils font également d’autres produits artisanaux comme des ustensiles de cuisine (bol, cuillère, etc.), de l’huile de coco, des savons à la noix de coco, du rhum de coco, du rhum de serpent, qui m’a bien effrayée, d’ailleurs (J’ai une phobie des serpents. J’ai pris uniquement la photo pour vous, et de loin. Ce détail avait l’air d’amuser mon guide qui me disait qu’un serpent pouvait tomber sur ma tête à n’importe quel moment et qu’il fallait que je garde mon chapeau conique).

Le fameux Chu
Il retire l’écorce
Il récupère la pulpe, une fois le jus entreposé
Le mélange prend forme dans cet appareil
La pâte est prête, il n’y a plus qu’à faire des petites boules

 

LA FABRIQUE DE NATTES

Maintenant que l’on a utilisé la noix de coco dans toute sa splendeur, l’on va aussi récupéré les fibres de roseau. La fibre est utilisée sur un appareil à tisser pour faire des sets de plage, des balais, et les feuilles de palmiers, des chapeaux et des sacs.

Le moment passé à Bến Tre a été riche en découverte. C’est une ville qui a tant à offrir. Je l’a recommande vivement à tous ceux qui projette d’aller au Vietnam.

2 réflexions sur “Bến Tre, un village au cœur des cocotiers dans le Delta du Mékong

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *