À la Découverte de Saint-Malo Intra Muros, une traversée dans l’histoire et la gastronomie bretonne

Me voilà partie le temps d’un week-end en Bretagne et plus précisément en Ille-et-Vilaine. Si vous me connaissez, vous savez que cela fait un an que je parle de cette destination. Les aléas de la vie ont fait que je n’ai pas pu m’y rendre tout de suite. C’est donc avec joie que je vous présente aujourd’hui Saint-Malo, située sur la Côte d’Émeraude s’étendant de la Pointe du Grouin de Cancale au Cap Fréhel à Plévenon. Saint-Malo est une ville historique par excellence où la pierre est au centre du site, où les mouettes sont littéralement maîtresses des lieux au même titre que les marées, où le beurre des pâtisseries se sent à plusieurs kilomètres et où l’héritage malouin est encore encrée dans les murs. Saint-Malo, est la définition idéale de la pluralité de paysages, de plages à couper le souffle, d’un patrimoine qui se veut vaillant, mais aussi d’activités inédites les unes comme les autres. Il y a tellement de choses à faire, à voir, dont il faut profiter. Avant de vous donner l’intégralité de ces choses à faire ou voir en ces lieux et aux alentours, je pense qu’il est important de se concentrer sur Saint-Malo Intra Muros. Je sais la question que vous vous posez actuellement est : Saint-Malo Intra Muros, c’est quoi? Pour votre défense, je me suis également posé la question. C’est pour cette raison que je lui accorde un article totalement dédié.

SAINT-MALO INTRA MUROS, C’EST QUOI?

Saint-Malo Intra Muros, c’est tout simplement le cœur de Saint-Malo, son centre-ville. Pourquoi l’appelle-t-on Intra Muros? C’est parce qu’il est entouré de remparts. Oui, la ville est complétement enfermée par des remparts encore appelés « le Chemin des Rondes ». Rassurez-vous, il existe des portes permettant de quitter la ville à tout moment. Néanmoins, ces remparts sont présents depuis le 12ème siècle. Ce sont 1754 mètres de granit qui donne une silhouette bien particulière à la ville. Je reviendrai un peu plus tard sur ces derniers, car ils ont importance cruciale pour la suite de l’aventure. Il faut savoir qu’en 1944, la ville a été complétement rasée par des bombardements. C’est à peu près 80% de la ville qui disparaît sous les flammes des obus américains. Elle a donc été reconstruite à l’identique jusqu’en 1971 et c’est ce qui fait son charme, sa force. Ce n’est pas pour rien que la ville est victime d’un tourisme inéluctable. Saint-Malo est tout de même, l’une des villes de la Bretagne la plus visitée. Toutefois, vous l’aurez compris, aujourd’hui, nous allons nous concentrer sur le centre-ville. Que faut-il voir à l’intérieur des terres?

QUE VOIR À SAINT MALO INTRA MUROS?

S’il y a un premier constat que vous pourrez faire, c’est que toute la ville est faite en pierre, ce qui donne un côté authentique. Le béton et le granit sont au cœur de la cité corsaire. Le mieux est de commencer votre visite par la porte d’entrée (évidemment), la Porte Saint-Vincent. Essayez d’imaginer! C’est une double porte d’à peu près de sept mètres d’épaisseur de pierre que vous apercevrez depuis l’esplanade Saint-Vincent. En la franchissant, vous aurez une vue panoramique sur les cafés et restaurants mythiques de la ville comme le Café du Lion d’Or ou encore le Café de Saint Malo, mais surtout, vous accéderez à la rue Saint Vincent. Pour autant, ne vous éloignez pas, car le premier point d’attrait à ne pas louper (mais je pense que c’est impossible de ne pas le voir), est le Château de Saint-Malo.

LES MONUMENTS ET LIEUX INCONTOURNABLES 

LE CHÂTEAU DE SAINT-MALO

Il est juxtaposé à la porte Saint-Vincent. Vous l’apercevez même de l’extérieur de la ville avec ses drapeaux. Il s’agit d’un château construit sur la Place Châteaubriand par le Duc de Bretagne afin de surveiller les malouins. Il a été par la suite, agrandit par sa fille Anne de Bretagne, par la construction de quatre tours. Elle a gardé le même esprit de méfiance envers les malouins caractérisés à l’époque comme des rebelles. Elle a donc fait marqué l’inscription sur la Tour « Ainsi sera, quic en groigne, tel est mon plaisir », ce qui signifie « Que vienne m’affronter celui qui cela dérange ». La tour a donc été baptisée la Tour Quic-en-Groigne, mais cette inscription a été effacée par les révolutionnaires. Le bâtiment a été revisité et est désormais, à la fois l’Hôtel de Ville et le Musée d’Histoire de la ville. Le musée siège dans le grand donjon. Ce sont plus de 8000 œuvres d’histoire de la ville qui y sont recensés. Il est provisoirement fermé pour permettre la mise en place du Musée d’Histoire Maritime qui devrait ouvrir ses portes en 2022. Cela ne vous empêche pas de vous extasier devant l’ampleur du bâtiment avant de reprendre votre chemin vers la rue Saint-Vincent.

LA RUE SAINT-VINCENT

La rue Saint-Vincent est le lieu d’excellence pour faire des emplettes. Cela tombe bien, lorsque vous prenez la porte Saint-Vincent, vous serez forcément face à elle. Vêtements, souvenirs, produits locaux ou artisanaux, le choix est dense pour vous faire plaisir. Alors pourquoi ne pas repartir les poches pleines? Que ce soient les fameuses liqueurs, les confitures ou les caramels du coin, je suis sûre que certains mets bretons vous feront de l’œil.

LA CATHÉDRALE SAINT-VINCENT

Au bout de la rue Saint-Vincent, il y a un monument à ne pas manquer, c’est la Cathédrale Saint-Vincent. En vrai, elle sert de commémoration au Saint Vincent de Saragosse, martyr, connus pour ses nombreuses reliques. Elle est au beau milieu de la Place Châtillon. Pareil, vous ne pouvez la louper, car même de la Plage du Sillon, l’on aperçoit sa flèche qui a été reconstruite suite aux bombardements. Pourquoi, il faut la visiter? Tout simplement parce que ses vitraux sont magnifiques ! Elle est aussi classée parmi les Monuments Historiques de France. Elle arbore tantôt un style roman, tantôt gothique. On peut encore y percevoir les vestiges de l’ancien cloître, restés intacts après les bombardements. Cette église est sous le joug de Notre Dame de La Grand’Porte, la Vierge à l’enfant, considérée comme la mère protectrice des malouins car plusieurs miracles lui sont attribués.

ET POUR PARFAIRE VOTRE VISITE

Soyez aventureux et n’hésitez pas à également visiter la Maison du Corsaire. C’est en fait un hôtel particulier construit en 1725 pour Auguste Magon de la Lande. Ce sont 59 pièces qui vont vous plonger dans l’histoire du corsaire. Vous avez aussi la Maison d’Anne de Bretagne qui est désormais également un hôtel. Elle date du 15ème siècle et serait le lieu, où elle résida le temps de la construction du Château de Saint-Malo. Si vous n’êtes pas rassasié par le patrimoine historique de ces rues, je vous conseille de faire un détour à la Maison du Québec. Et oui, que de maisons importantes à Saint-Malo! Ici, le Canada est à l’honneur et plus particulièrement le Québec, ville de cœur de Jacques-Cartier. Quel est le rapport avec Saint-Malo? Jacques-Cartier est un explorateur écrivain né à Saint-Malo. Il va, sous les ordres de François 1er, découvrir le golfe du Saint Laurent au Québec en 1534 et se prendre d’amour pour cette terre neuve. Dans ces récits, il décrira cette nation et leur coutume et ses habitants.

DÉCOUVRIR LES SPÉCIALITES CULINAIRES DE SAINT-MALO INTRA MUROS

S’il y a bien une chose que vous êtes obligés de faire lors de votre venue, ce sont les ateliers culinaires. Je m’explique : je parle principalement, des ateliers présentant les gourmandises bretonnes. Il y en a certes à gogo, mais j’en ai sélectionné quelques-uns qui valent le détour.

ATELIERS À NE PAS MANQUER

Voici deux ateliers à visiter si vous souhaitez maximiser votre découverte:

La Biscuiterie Caramélerie et Confiturerie de Saint-Brieuc : Vous en trouvez un peu partout en Bretagne. Bien évidemment, celle que j’ai visitée se trouve à 1 rue Sainte-Marguerite à Saint-Malo. Et oui, les petits biscuits au beurre font partis de la tradition bretonne. Auparavant, les biscuits et gâteaux étaient destinés aux Bretons qui partaient pour de longues durées en mer (six à huit mois). Étant une denrée non-périssable, ces « galettes de mer » permettaient à nos marins de retrouver un semblant d’énergie pendant leur périple. Aujourd’hui, la tradition est restée. Cela fait plus de vingt ans que Saint-Brieuc produit des sablés avec des saveurs qui lui sont propres. Détrompez-vous, ce n’est pas le seul atout de cette boutique. En effet, elle ne fait pas office d’une simple commerce où vous ferez un détour pour des souvenirs, car vous pouvez également visiter l’atelier de fabrication pour apprendre tous les secrets de ce petit sablé. Pour la réservation, il faut s’y prendre, cependant, à l’avance. Je n’aurais pas eu cette chance, mais allez-y et n’hésitez pas à me raconter en commentaire votre expérience. Je n’en doute pas que celle-ci doit être enrichissante. Il faut payer 2.50 euros pour une visite d’une heure. Je parle des biscuits, mais vous trouverez également les caramels aux saveurs surprenantes comme à la framboise ou aux noisettes. Aussi, comme son nom l’indique, ils produisent aussi des confitures et des pâtes à tartiner. En attendant, je suis repartie avec des sablés aux amandes, une tuerie!

L’atelier Saint-Michel : Je ne pouvais pas ne pas y aller. Ce sont les biscuits qui ont bercé mon enfance. J’avais, généralement, un petit paquet dans mon sac pour mes goûters à l’école, et ce sont ceux que mon père adore toujours savourer de nos jours. En même temps je ne le blâme, ils sont délicieux. Lors de votre séjour, je vous conseille d’abuser littéralement de cet atelier. D’autant plus, vous aurez des biscuits aux saveurs inédites, que l’on ne retrouve pas en grande surface, mais en plus, vous aurez un choix incommensurable. Personnellement, j’y ai passé tellement de temps, en grande indécise et gourmande que je suis. De la madeleine au sablé, en passant par le cookie, on peut vite se perdre. Il existe aussi un atelier que vous pouvez visiter pendant une heure mais celui-ci se trouve en Sologne. Sinon la boutique de Saint-Malo au 3 rue Broussais Intra Muros est déjà très bien. Alors vous avez fait votre choix? Des sablés rhum raisin, des palets coco-framboises, ou une madeleine géante aux fruits-rouges? N’oubliez pas de prendre également du cidre, boisson incontournable de la région et des niniches, ces fameuses sucettes de Quiberon.

LES MAISONS À SPÉCIALITES

ÀSaint-Malo Intra Muros, chaque élément important du terroir possède sa propre maison. Si vous voulez comprendre cet attrait, il faut vous rendre sur place et constater par vous-même. Vous avez de la chance, elles se trouvent toutes au même endroit, au sein de la rue de l’Orme.

La Maison du Beurre : C’est la crème de la crème et c’est le cas de le dire ! Il s’agit ici de la Maison du Beurre Bordier. Elle est scandaleuse! Pourquoi? Parce qu’elle suscite les papilles d’une telle façon, je n’aurais pu l’imaginer. Du beurre à la vanille, à la framboise, au yuzu, avez vous déjà vu ça? Personnellement, moi, non ! Je dois dire, j’ai été d’abord stupéfaite, mais surtout ébahie de découvrir cette institution datant du 17ème siècle. Leur secret : le beurre est battu à l’ancienne avec des palettes en bois qui accentue les saveurs insérées. Nous devons ce savoir à Mr Jean Yves Bordier et à sa famille. Après avoir récupéré le lait, celui-ci sera écrémé et la crème pasteurisée. La crème sera par la suite « barattée », une technique ancestrale qui permet d’obtenir du beurre de qualité. Après un repos de 24h, le beurre sera malaxé à mains nues, puis, on intégrera le sel et les saveurs. Il sera une nouvelle fois taper à l’aide des palettes pour le façonner et exacerber le goût. Je suis repartie avec du beurre de framboise et du beurre à l’huile d’olive citronnée et je dois vous dire que je ne suis pas déçue. Ils font aussi des fromages au sein de la crèmerie. Laissez vous tenter !

La Maison du Sarasin : Ne l’oubliez pas, le sarrasin encore appelé blé noir, venu d’Asie, est l’une des plantes bien exploitées en Bretagne. Elle est généralement recommandée pour toute les personnes souffrantes de diabète et est une vraie source en vitamines sans gluten. Les bretons l’utilise en cuisine pour son goût exquis qui ressemble à la noisette. Le sarrasin est ici, travaillé sous plusieurs formes. Nous devons cette maison à Bertrand Larcher. Des tuiles, des biscuits, des bonbons au caramel, vous trouverez de quoi satisfaire votre curiosité.

Le Bar à Babas et son épicerie : Des babas en bocal ! En voilà une idée originale. Pour la voir, il faudra vous rendre dans le bar à babas. Luc Mobihan a ouvert le Bar à Babas dans la rue de l’Orme. Que ce soient des babas au limoncello, des babas au rhum de Marie-Galante et à la vanille de Madagascar, la découverte vous tiendra en haleine, c’est peu de le dire.

RESTAURANTS & PÂTISSERIES

Je n’ai pas fait énormément de restaurants dans le coin (les restaurants étaient sérieusement pris d’assaut avec la levée du confinement) mais toutefois, j’ai tout de même participé à la tradition. Je vous l’ai dit en début d’article, il existe beaucoup de restaurants renommés dans le coin. La gastronomie est importante à Saint-Malo, ce qui permet de multiplier les plaisirs. Crêpes, fruits de mer, porc, agneau, il y en aura pour tous les goûts. Moi, j’ai jeté mon ancre chez le « Père Bourgeard » et je me suis régalée. Leur spécialité? La crêpe bretonne, pardi! La crêpe bretonne est, je dirais, un culte. Il est impossible de passer outre. Vous en aurez des classiques au jambon, à l’emmental, ou des plus inventives au saumon, au maquereau, aux coquilles st jacques (c’est d’ailleurs celle que j’ai pris). Le petit plus, vous la dégusterez un cadre bucolique. Le restaurant se trouve dans l’angle de la rue des Orbettes en face du quai Saint-Vincent. La rue est généralement dénuée de monde, il faut ouvrir l’œil, mais c’est ce qui fait son charme, croyez-moi !

Aussi, s’il y a bien une chose que vous ne devez pas oublier pour parfaire le tout, c’est de goûter aux pâtisseries locales. Le far aux pruneaux qui est un flan breton, le ker-y-pom avec ses pommes recouvertes de pâte sablée, le pavé malouin qui est un mille-feuille de quatre-quarts bretons au caramel, ou encore le fameux kouign-amman cette pâtisserie pleine de beurre, dure sera votre vie car le choix sera rude. Je me suis arrêtée sur le kouign-amman revisité aux pommes. Il vous suffira de vous rendre au Kouign-Amman de Saint-Malo à la rue Porcon de la Barbinais pour le déguster. Impossible de ne pas voir cet établissement, il est tout jaune! C’est l’une des curiosités culinaires qui m’a le plus plut pendant ce séjour. Il est croquant sur le dessus et moelleux à l’intérieur. De quoi faire fondre les cœurs les plus rugueux.

Voilà, vous savez tout des secrets de Saint-Malo Intra Muros, que ce soient de ces saveurs ou de son patrimoine culturel, mais restez connectés car je ne vous ai pas encore tout dit sur Saint-Malo en général. D’autres articles sont à venir pour faire de votre séjour, le meilleur qui soit.

 

 

 

 

4 réflexions sur “À la Découverte de Saint-Malo Intra Muros, une traversée dans l’histoire et la gastronomie bretonne

  1. Je vous remercie de m’avoir fait découvrir  »Saint Malo Intra Muros » et ses atouts Touristiques. Vos photos sont magnifiques.
    Elles permettent de bien définir et refléter chaque article dans le cœur de ce centre ville
    C’est génial je suis impatiente de voir la suite merci pour ce voyage bonne continuation.

    1. Merci pour ce retour, ça fait plaisir à lire 🙂 Le prochain article sur la destination est prévu pour la semaine prochaine. Restez connectée 🙂

  2. Très bel article sur Saint-Malo. J’y suis allé et votre article centralise tout ce qu’il faut y faire. Good Job !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *